The sea, Ice and Tundra Papers & Circumpolar Phoenix

Rédigé le 30 octobre 2015 dans le cadre de travaux universitaires. Télécharger le PDF. Cet article présente et critique l’exposition The sea, Ice and Tundra Papers & Circumpolar Phoenix. Du fait de sa longueur, il ne peut être retranscrit en entier ici. En voici un extrait.

Aux premiers abords, l’Arctique, son vaste océan et ses immenses étendues de glace sont synonymes de territoires sauvages et de conflits géopolitiques complexes issus des systèmes planétaires. Pourtant hostiles, ces zones extrêmes abritent depuis des millénaires de nombreuses ethnies. Plus de quatre millions de personnes habitent ce continent isolé et 40 langues y sont parlées. Ces peuples sont les témoins directs des effets du réchauffement climatique et de la pollution du continent causée par sa colonisation. Soumis à de fortes pressions écologiques, géophysiques et socio-économiques, ils sont contraints de s’adapter perpétuellement pour survivre.

Les œuvres exposées ont été réalisées par l’organisation internationale à but non lucratif Arctic Perspective Initiative (API), dont le siège est basé à Montreal (Canada). Fondée en 2006 par les artistes Marko Peljhan et Matthew Biederman, l’API met en évidence l’importance culturelle, géopolitique et écologique des cultures autochtones de l’Arctique. Elle rassemble peuples Inuits, indigènes du Nunavut (extrême nord du Canada), artistes, ingénieurs, scientifiques et architectes qui conçoivent, ensemble, des technologies open source, des programmes éducatifs et des moyens de communication partagés dans le but de promouvoir l’implication des locaux dans le développement du territoire. Par exemple, l’API crée des unités de vie mobiles et des infrastructures alimentées par des sources d’énergie renouvelable pouvant fonctionner à l’écart de toute habitation. Ces unités permettent aux populations de poursuivre plusieurs activités : recherches scientifiques sur le terrain, réalisation de films, chasse responsable, surveillance environnementale, recherches technologiques etc.

Conscient que les intérêts géopolitiques et économiques internationaux ont peu de considération pour les cultures autochtones, l’API vise à promouvoir l’autonomie de ces communautés et leur auto-gouvernance par le biais d’équipements technologiques, de dispositifs cartographiques, de manifestes, d’applications open source et d’infrastructures de communication participative déployées en Arctique. Un point d’honneur est mis à informer le public des réalités du Grand Nord pour que puisse subsister le développement durable des cultures locales, de leurs traditions et des missions scientifiques, technologiques et éducatives déployées. Les problèmes écologiques et socio-politiques propres au continent blanc sont également évoqués : le réchauffement climatique, les modifications du paysage, les espèces menacées et les conflits territoriaux internationaux ont un impact considérable sur le Nord. The Sea, Ice and Tundra Papers et Circumpolar Phoenix cristallisent une partie des actions menées par l’API pour sensibiliser le visiteur aux enjeux de l’Arctique et à la nécessité de sa préservation tant culturelle qu’écologique.

Télécharger le PDF pour lire l’article dans son intégralité